Archive for April, 2006

28 / 04 / 2006Usability bloopers

Voici une façon (avec preuves!) amusante de montrer que même les grosses compagnies, celles du TOP 500 se débattent elle aussi avec l’ergonomie de leurs sites!

Voici une description de cette approche originale des Studios VKI pour rendre concret ce que représente l’ergonomie coginitive :

“Every Monday morning, the web usability analysts at VKI select a well-known website. Then, they visit the chosen site and take note of the first ten usability problems they encounter. The results – always enlightening and often amusing – are known as the “VKI TEN”. These snapshot usability reports are now being posted weekly at www.vkistudios.com/usability-snapshots.html.

Boldly asserting “We’ve never met a website we couldn’t improve”, VKI has already posted VKI TEN snapshot usability reviews of such high profile websites as Audi, Toshiba, Samsung and Sony.

John Hossack, VKI’s Vice President of Usability explained, “It’s not our intention to embarrass or disparage the companies we write VKI TEN reports on. We simply want to make the point that it’s not just small businesses who struggle with usability issues on their websites. Even Fortune 500 companies have trouble getting it right.”

“VKI TEN reports are not comprehensive usability evaluations,” Hossack continued. “They’re brief snapshots, outlining the first ten issues we encountered. It’s amazing how quickly we can find ten usability issues on most websites. But we just look for ten, then we stop… regardless of how tempting it is to keep highlighting further issues.”

“In posting the VKI TEN, we hope to raise awareness of common website usability problems. The goal is simply to promote good web usability. Of course, writing these snapshot reports is also a great warm-up exercise for our analysts.”

Personnellement, j’encourage tellement des approches smart de ce genre, ce sont de telles attitudes qui vont faire progresser la compréhension véritable de ce qu’est l’ergonomie et de ce que cela peut apporter!

22 / 04 / 2006Topo IHM’06 : 18è Conférence francophone sur l’Interaction Humain-Machine

Hier, vendredi 21 avril, s’est terminée à l’éCOle Polytechnique de Montréal l’édition 2006 de la conférence IHM. Je n’ai malheureusement pas pu assister à toute la conférence mais voici quelques highlights personnels, retenus en fonction de mes intérêts.

En tout premier lieu, il est important de mentionner l’étude comparative d’Eric Brangier (Directeur du centre de recherche ETIC de l’Université Paul Verlaine de Metz, France) sur une centaine de sites Web québécois et français, autant produits par des femmes que par des hommes et où l’auteur cherche à identifier des patterns culturels de soumission/domination en fonction d’une analyse lexicale de la façon dont les créateurs/concepteurs/auteurs de ces sites se présentent eux-mêmes, considérant donc le site Web comme un miroir identitaire. Monsieur Brangier ouvre la voie à d’intéressantes questions au niveau de la conception ergonomique, à savoir, comment favoriser une bonne “identité” de soi en ligne et notamment à quand et comment les éditeurs Web qui intègreront ces fonctionnalités psychosociales?!

Cette présentation a le grand mérite de susciter un débat identitaire en rapport au virtuel qui se situe au delà des cultures puisque la différence entre les hommes et les femmes est également abordée. Cette étude a d’ailleurs été commentée par la presse locale québecoise et il est possible d’écouter une entrevue de Eric Brangier menée par Bruno Guglielminetti de Radio-Canada. Le hasard fait bien les choses car il y a quelques jours, nous mentionnons son livre parmi les bonnes références en ergonomie congitive disponibles en français.

J’aimerais également souligner l’excellente présentation de Yan Bodain dont l’expérience de professeur paraît lorsqu’il communique avec son auditoire! Simple, clair et efficace. Monsieur Bodain nous présentait l’outil KATIA, financé et développé par le projet “sac école électronique” de la Maison des technologies de l’information et des communications pour la formation et l’apprentissage. Cette application logicielle fait partie d’un environnement pour la manipulation et la production d’objets d’apprentissage. Si vous me permettez l’analogie explicative, c’est un genre de dreamweaver pour le Web sémantique, qui intègrerait donc à l’édition HTML également des annotations RDF de pages Web assignées via XML et pouvant référer à des metadonnées via des ontologies (importables et éditables directement dans l’application). J’ai même pu découvrir le Google de la recherche d’ontologies Swoogle de l’université du Maryland, qui permet de rechercher parmi plus de 10 000 ontologies existantes!

Enfin, la conférence s’est terminée par un panel de discussion sur les nouvelles tendances en interaction humain-machine animée par Aude Dufresne (Université de Montréal) entourée de Michel Desmarais (École Polytechnique), Franck Poirier (Université de Vannes, France) et Emmanuel Dubois (Toulouse, France). Il est difficile de résumer un débat intense de plus d’une heure trente mais il en est ressorti deux points majeurs selon moi. L’importance de redéfinir le design au delà de l’esthétique (intervention notamment de Tomas Dorta de l’École de degin industriel de l’Université de Montréal qui proposait une évolution du paradigme de design vers l’expérience, ce qui ne pouvait que me ravir en me rejoignant dans mes réflexions!) La nécessité de considérer les interfaces d’un point de vue holistique en considérant les différentes dimensions cognitive mais aussi sociale, émotive et le type de la personnalité tel que décrit dans notre articel court soumis à la conférence justement, sur la personnalisation des interfaces dans les interfaces d’apprentissage. Ceux qui sont intéressés à obtenir l’article peuvent m’écrire et il me fera plaisir de vous le faire parvenir.

Bref, une belle conférence, c’est tellement stimulant d’échanger avec les gens de son domaine et de plus en plus des disciplines connexes s’y rattachant!

Montréal est dans ses années fastes pour les conférences spécialisées en interaction personne-système, utilisabilité, ergonomie cognitive puisqu’elle recevait UPA’05 au mois de juin l’an dernier, ED-Media avec sa special track très reconue en ergonomie cognitive appliquée à l’apprentissage, et enfin, IHM’06 qui vient de se terminer mais qui est aussitôt suivie par CHI2006…qui vient de commencer…et qui, se tient aussi à Montréal!!!!!

Pour ceux qui y seront, Utilisabilité Québec va y tenir un kiosque d’information sur ses activités et j’y serai mercredi! C-U there! :-)

18 / 04 / 2006D’autres références en français…et du Québec!

Suite au succès de mon “post” sur les livres d’ergonomie en français, voici une référence supplémentaire et cette fois, non seulement en français, mais originant du Québec alors que je n’ai mentionné que des ouvrages outre-atlantique…Merci de m’en référer d’autres si vous en connaissez! Pas question de faire de la pub, juste de renseigner toute la communauté. Je pense ajouter bientôt une rubrique “Ouvrages de référence” dans ma colonne de liens utiles.

Le design Web raisonné – 3 étapes pour concevoir l’expérience client” aux Éditions Logiques de Daniel Lafrenière.

13 / 04 / 2006Des livres d’ergonomie cognitive en français!

Un collègue français m’a recommandé cet ouvrage de Jean-François Nogier de Usabilis: “Ergonomie du logiciel et design Web, le manuel des interfaces utilisateur“. La présentation du livre et la table des matières donnent vraiment envie de courir se l’acheter sur Amazon…ce que j’ai aussitôt fait! Merci Nicolas!

Je profite donc de l’occasion pour faire circuler l’information car il en existe si peu de références en utilisabilité…en français… Dans la même veine, je rappelle également l’excellent ouvrage de référence d’Eric Brangier et Javier Barcenilla: “Concevoir un produit facile à utiliser“. Ce livre me sert d’ouvrage de référence dans mes formations avec celui de Jesse James Garrett.

Après avoir assisté à sa conférence au LICEF (Laboratoire d’Ingénierie Cognitive et Environnement de Formation) de la Télé-Université à Montréal, Monsieur Brangier avait d’ailleurs eu l’extrême gentillesse d’accepter mon invitation à nous accorder une superbe présentation-débat à Utilisabilité Québec. Il est même encore possible de télécharger sa présentation…en la recherchant au mois de janvier 2004 dans les archives…

11 / 04 / 2006La citation la plus ergonomique!

Today, people still don’t reiterate enough. They have this cumbersome, slow-moving process. If they do any usability, they think of it as this one milestone, instead of many small hits integrated throughout the whole process. Jakob Nielsen in UPA Voice – April 2006. Interview by Clifford Andersen from Wachovia.

Je dois avouer que je ne suis pas la plus grande fan de Jakob Nielsen, même si je mange, dors, rêve et suis passionnée d’ergonomie cognitive et d’utilisabilité depuis plus de 10 ans.

Je reconnais tout le bien qu’il a fait à la discipline et à la profession par ses talents d’évangélisateur mais je considère qu’il a tendance dans son élan de preacher à la “oversimplication”, ce qui parfois, dresse les cheveux de n’importe quelle personne raisonnablement constituée de l’esprit…

Entre une déclaration de type “5 usagers c’est mieux que rien” et “you only need to test with 5 users”, il y a un monde conceptuel de différence et même si c’est Alertbox de avril 2000 a fait le tour du monde comme étendard de l’utilisabilitié, elle a aussi ouvert la porte à bien des impressions de simplicité et de rapidité qui sont contraires à l’ergonomie cognitive…

Dans l’entrevue qu’il accorde à Clifford Anderson pour le UPA Voice, Jakob Nielsen ajoute cette phrase qui vient remettre les pendules à l’heure à cet égard, à savoir rien ne se fait en cinq minutes et ce qu’il y a de plus riche en ergonomie cognitive, c’est à dire la compréhension des usagers, prend du temps et le temps c’est de l’argent…

“Reports are the most enjoyable,” he notes, “because we get to study new things, collects new and interesting information.” He also points out, however, that “they’re not very profitable, unfortunately. We sell them fairly cheaply.”

Cette remarque résonne en moi car combien de fois (et d’entre nous dans la profession ?) on s’arrache les cheveux quand on se fait demander des rapports de tests d’utilisabilité avec analyse et recommandations dans la semaine qui suit et pour -toutes proportions gardées- 3 poignées de cacahuettes…

9 / 04 / 2006L’utilisabilité émotionnelle à Intracom Paris 2006

Jeudi 6 avril, j’ai présenté ma conférence “Les interfaces ont-elles des émotions?” à Intracom Paris 2006 au Centre des affaires CAP 15, Quai de Grenelle.

Comparativement au Palais des Congrès à la Porte Maillot par exemple, le lieu est agréable et à échelle humaine, situé sur le bord de la Seine au Métro Bir Hakeim dans le XVè arrondissement.
Côté présentation, bien que je l’aie faite légèrement évoluer, notamment dans la partie illustrative, c’était vraiment intéressant d’avoir l’occasion de comparer la réaction du public français à celle de l’auditoire que j’avais eu à Québec l’automne dernier.
Je dirais pour commencer que les français étaient moins nombreux, donc cela peut fausser un peu mon impression de réaction plus “réservée”. L’humour propre aux interfaces a bien passé mais on aurait dit que les participants n’osaient pas se laisser aller à rire franchement, comme si cela pouvait avoir l’air fou ou déplacé de se l’autoriser…
Il m’a semblé que derrière la réserve, il y avait également une familiarité peut-être plus récente avec les concepts d’utilisabilité et d’ergonomie cognitive. L’auditoire semblait clairement savoir de quoi on parlait mais peut-être pas nécessairement de quoi il en retourne concrètement. Dans ce contexte, il est plus difficile d’apprécier un contenu qui se penche sur l’évolution conceptuelle du paradigme d’ergonomie des interfaces, du moins au niveau de la dimension théorique. Je dirais d’ailleurs que j’ai clairement senti la salle embarquer dans ma conférence au moment où j’ai présenté les exemples.
Selon la bonne loi de Murphy, au moment de comparer des exemples de sites pour le magasinage d’une voiture par exemple avec d’un côté l’approche plus classique (comme Renault, et de l’autre, une approche expérientielle (comme Volkswagen), il a fallu que la connexion Internet Wi-Fi plante…
Mais à toute situation, il existe des points positifs, cela m’a permis de sentir que tout le monde était avec moi pour suivre les exemples, attentif car alors qu’il restait peu de temps alloué (Anne-Laure Maupoux étant venu me dire qu’il ne me restait que 5 minutes…), à ma question: “êtes-vous prêt à attendre que je retente de me connecter?”, j’ai eu droit à un bon “OUI!” franc qui m’a rassurée…
Alors au bon vieux proverbe, une image vaut mille mots, j’ai vécu un site vaut 15 diapos…;)

Les questions étaient nombreuses à la fin, j’aime toujours beaucoup quand je sens cela car c’est signe d’avoir suscité questionnements, réflexions, dérangement, etc. et comme j’avais empiété un peu sur le temps de la prochaine session, les gens me poursuivaient dans le couloir pour m’adresser leurs commentaires et questions pendant plus de 30 minutes…
La question de l’accessibilité est revenue comme à Québec, et les gens acceptent mal que l’on soit confortable de répondre que l’on ne peut pas s’adresser à tous les publics en même temps de la même façon et que c’est un principe même d’ergonomie à la base que de devoir adapter le contenu à chaque “profil” visé. La dimension expérientielle est trop intimement liée au contenu autant qu’au contenant pour pouvoir se refléter exactement de la même façon dans des normes d’accessibilité. Ceci-dit, je crois qu’il faut laisser le temps faire son oeuvre également, le Web classique commence à devenir accessible ces dernières années…le Web expérientiel est un concept émergent en plein balbutiements, il va falloir lui laisser le temps de se définir un peu avant de le harponner sur la question de l’accessibilité, sinon il risque de mourir prématurément…
La question de savoir comment adapter mes propos à des intranets est également revenue et une fois de plus, il est clair que mes propos vise le e-commerce avant tout et que la dimension expérientielle ne peut être la norme par défaut dans des environnements où la dimension applicative est importante (les intranets permettent aux employés d’aller chercher de l’information qui leur est réservée mais aussi des applications dont ils ont besoin dans leur travail au quotidien). Je vais devoir interroger ma collègue Camille Grange sur ce point cependant, histoire qu’elle me sorte sa grille de critères ergonomiques propre aux intranets et qu’on regarde ce que l’on peut en sortir qui puisse aider à caractériser la dimension expérientielle…
Enfin j’avais oublié qu’en France, bien que des termes anglais soient utilisés à toutes les sauces pour tout (on dit le “wi-fi” prononcé avec un “i” – et non un “y” comme en anglais – pour le réseau sans fil), l’anglais au delà des mots empruntés n’est pas aussi présent et familier qu’il ne l’est au Québec…donc un conseil, si vous incorporez une citation en anglais dans une conférence que vous présentez en France, ayez la traduction française affichée dès la diapo suivante…;-)

En conclusion, ce fut une très belle expérience professionnelle de pouvoir présenter mes réflexions sur l’ergonomie cognitive à Paris et de pouvoir tater le pouls de ce que cela représente de l’autre côté de notre Atlantique…et j’ai pu rencontrer quelques personnes bien intéressantes aussi à inviter à des événements d’Utilisabilité Québec…Avis aux intéressés…;-)

J’en profite pour remercier personnellement toutes les personnes derrière les équipes d’Eventia, EmergenceWeb, de l’API et de ClubNet de France notamment d’avoir rendu cet événement possible en soi et pour moi, ainsi que la Délégation Générale du Québec qui a également chaleureusement reçu les conférenciers rue Pergolèse.

5 / 04 / 2006Jakob Nielsen s’attaque à l’utilisabilité des “online communications”

Jakob Nielsen s’attaque à l’utilisabilité des “online communications”

From the Market Wire ipressroom April 4, 2006

“In the latest episode of “On the Record…Online,” the podcast that explores how new media is changing the way organizations communicate, and the way people consume media and information, Jakob Nielsen, Ph.D., who The New York Times calls “the guru of Web page usability” explains why an incomplete Internet press room can be a stain on corporate reputation.”

Pour écouter le podcast de Jakob Nielsen…

4 / 04 / 2006Usability remote testing

Usability remote testing
by Menghini Calderon Fabrizio Antonio from webpronews.com April 3rd, 2006

The diffusion of screen sharing software and remote control applications is slowly changing how usability evaluations are conducted because usability experts can now interact with users geographically distant and with different cultural backgrounds.
Read more…

220-802 050-SEPROAUTH-02 M70-101 70-458 70-462 100-101 640-554 700-505 70-457 70-460 C2150-197 EX0-001 070-243 70-466 C_THR12_66 C4040-225 1Z0-061 70-331 EX300 1Z0-060 MB2-701 70-467 EX200 M70-301 70-489 C2180-278 MB7-702 MB2-702 70-487 70-243 70-414 70-466 200-120 MB2-703 070-462 70-462 70-461 9L0-012 C_BODI_20 PRINCE2 1Z0-851 70-432 1Y0-253 070-496 100-101 648-244 070-668 C4040-252 650-752 70-642 HP0-Y50 E20-385 500-285 70-410 70-461 70-462 70-483 EX300 070-461 MB2-702 MB7-702 220-802 400-101 646-206 700-501 70-480 C4040-108 MB2-701 70-412 70-466 200-120 C4040-225 1Z0-061 70-347 C4090-452 MB2-703 400-101 70-410 70-417 70-463 70-488 70-462 C2090-303 C2090-614 70-461 70-486 70-411 400-101 646-206 300-206 70-243 74-325 C2020-622 Windows 7 key Windows 8 key Office 2013 microsoft office 2010 cheap Windows 7 key Office 2007 key Office 2010 key Office 2008 key Windows 7 Windows 8 Office 2013 microsoft office 2010 cheap Windows 7 key microsoft Office 2007 key microsoft Office 2010 key windows 7 key windows 8 key Office 2013 key windows 81 key microsoft 2010 key office 2010 office 2007 key buy windows 7 key cheap windows 7 key dowload office 2010 key cheap windows xp key cheap windows 2008 buy microsoft 7 key windows 2011 key windows 2011 adobe photoshop key rolex replica watch swiss replica watches replica watches for men replica watches Rolex replica watches rolex swiss replica watch top rolex replica swiss rolex replica watches cheap replica omega rolex replica watches latest replica omega watches replica omega watches 70-432 1Y0-253 070-496 100-101 648-244 070-668 C4040-252 650-752 70-642 HP0-Y50 E20-385 500-285 70-410 70-461 220-801 220-802 N10-005 SY0-301 000-221 00-780 N0-101 1z0-051 C4090-450 C4120-783 EX200 MB2-700 MB3-700 MB6-869 OG0-093 VCP-510 VCP550 70-486 70-418 400-101 70-410 050-SEPROAUTH-02 200-120 MB2-703 070-462 1Z0-554 1Z0-567 200-001 250-310 250-371 640-878 70-461 70-462 200-120 70-488 MB2-703 70-410 70-461 70-480 70-532 200-120 MB2-703 070-462 70-462 70-461 070-410 JN0-102 70-411 C_TADM51_731 C4090-958 70-483 EX300 070-461 MB2-702 MB7-702 220-802 MB2-703 70-411 MB5-705 C_TADM51_731 70-346 70-486 70-347 70-480 70-483 70-412 70-463 MB2-700 70-417 C_TAW12_731 400-101 MB2-702 70-487 400-101 646-206 700-501 70-480 C4040-108 MB2-701 070-411 100-101 640-554 700-505 70-457 70-460 C2150-197 EX0-001 070-243 70-466 700-501 050-SEPROAUTH-02 M70-101 70-458 CCD-410 70-341 70-464 70-680 74-335 350-018 C_TFIN52_66 70-243 VCP-550 70-414 70-466 100-101 JN0-102 VCP550 640-554 70-331 EX300 1Z0-060 MB2-701 70-467 EX200 350-001 700-505 640-911 M70-301 70-489 400-101 70-410 050-SEPROAUTH-02 200-120 MB2-703 070-462 70-462 70-461 070-410 JN0-102 70-411 CCD-410 70-341 70-464 70-680 74-335 M70-201 117-101 810-420 C2180-276 C4040-221 1Z0-599 350-029 820-421 C_THR12_66 117-102 70-342 MB5-705 C_TADM51_731 70-346 70-486 70-347 70-480 70-483 70-412 70-463 MB2-700 70-417 70-480 C4040-108 MB2-701 070-411 100-101 640-554 700-505 70-457 70-460 C2150-197 EX0-001 070-243 70-466 C_THR12_66 C4040-225 1Z0-061 70-347 C4090-452 VCP-550 070-177