Archive for the 'Web 2.0 & UGC' Category

3 / 12 / 2009Découvrir les outils d’avenir de l’analyse de l’interaction en ligne

****URGENT: SUJETS RECHERCHÉS !****

Recherche de la Chaire de commerce électronique RBC Groupe financier.

Objectif
Observer le comportement des consommateurs sur le site d’un détaillant Internet, en utilisant des appareils de suivi oculaire et de suivi physiologique.

Des sujets pour faire quoi ?
Naviguer sur un site Web le fun et recevoir 20$ cash! 🙂
L’expérience dure environ 45 mn et vous aurez la chance de découvrir les outils d’analyse de l’interaction de demain!

Quand ?
Semaine du 14 décembre 2009

Où ?
Laboratoires Universitaires Bell – Local V13-1
Pavillon Roger Gaudry (Pavillon Principal).
Métro Université de Montréal

LUB

Pour participer?!

18 ans et plus!

Intérêt pour être en santé et en forme un atout! 😉

Ne pas connaître Sandrine Prom Tep même si on aimerait encourager sa thèse 😉

Contactez Sandrine.prom-tep@hec.ca ou Twitter.com/SandrinePromTep

NB: Cette recherche doctorale a reçu un avis de conformité du Comité d’éthique à la recherche de HEC Montréal.

6 / 11 / 2009ErgonomiA fait peau neuve!

En 1999, j’ai parti le blogue ErgonomiA sous la plateforme Groksoup qui a disparu du jour au lendemain en 2001 et avec elle, tous mes billets rédigés depuis à l’époque…C’était les débuts du blogging, ce n’était pas encore mainstream, il y avait Pitas et Pyra, devenu Blogger après rachat par Google. J’avais même eu droit à un super sweat-shirt gratuit pour avoir été parmi les usagers ayant vécu la transition du rachat Google.

Alors voilà, très peu parmi vous s’en souviennent mais ErgonomiA comme tel, au sens de mon blogue  depuis sa toute première existence, célèbre pour moi son 10è anniversaire même si j’ai malencontreusement perdu mes billets des deux premières années.

Tout cela pour vous dire également, que j’en suis aujourd’hui à ma 3è plateforme de blogging, et qu’après Groksoup et Blogger, voilà ErgonomiA rendu sous WordPress! Et j’avoue que c’est vraiment le jour et la nuit entre avant et aujourd’hui pour ce qui est des possibilités de mon blogue! J’ai enfin des CATÉGORIES!!! Alleluhia!

Oui, et enfin aussi des pages autres que l’accueil pour développer ma colonne de droite avec mes informations de profil, mes communications, les ressources comme mon blogroll. J’ai également des commentaires qui peuvent permettre des fils de discussion entre les usagers avec une mise en valeur des récents commentaires, des fonctionnalités sociales telles que le fil de mes Tweets, les réactions (non rétroactives cependant!) dans les médias sociaux les plus populaires (Twitter, Facebook, Friendsfeed, etc.) et un nuage de mots-clés qui reflète effectivement les tags associés au billet, et d’autres encore à venir progressivement car on ne peut tout faire d’un coup. Bref, j’ai du mal à vous cacher mon emballement 🙂

Ceci-dit tout changement de plateforme, avec le changement de DNS requis, entraîne des périodes de transition…et je prie d’excuser tous les gens qui ont tenté d’accéder à ErgonomiA.ca aujourd’hui et ont eu droit à des erreurs 404 et des liens corrompus, la réindexation dans les moteurs va prendre un peu de temps aussi…:&

Pour tous ceux qui sont abonnés à mon fil RSS, et je sais par mes stats que c’est le mode d’accès principal à mes billets, je vous invite à vous assurer de le mettre à jour via la nouvelle adresse suivante: http://feeds2.feedburner.com/ergonomia, et pour tous ceux qui ne sont pas encore abonnés, c’est le bon temps de le faire! ;-))

Enfin, j’aimerais tous vous remercier infiniment de votre lecture assidue depuis toutes ces années et un merci tout spécial à Yves et Jonathan pour leur coup de main de maîtres pour que tout ceci devienne réalité pour vous et moi!

4 / 11 / 2009Le web social : nouveau cours de la Teluq

Web Social à la teluq

Ayant collaboré 10 ans comme assistante de recherche au LICEF (Laboratoire d’Ingénierie Cognitive et d’Environnement de Formation de la Teluq), et participé notamment à la mise en oeuvre et commercialisation des services du LORIT (Laboratoire-Observatoire de Recherche en Ingénierie du Télé-apprentissage) où j’ai eu la chance de réaliser de nombreux tests d’utilisabilité en bénéficiant de leur environnement High-Tech…bref, il me fait très plaisir d’annoncer que la TELUQ continue d’innover avec une offre des plus intéressantes!

Conçu sur les plans scientifiques et pédagogique par le professeur d’informatique Sébastien Paquet, ce cours porte sur le web social, et l’ensemble de ses modules semblent très pointus et appliqués. Cela ne me surprend pas lorsque je parcours la liste des concepteurs collaborateurs, et y lit notamment mon collègue Martin Lessard.

Pour recevoir régulièrement des demandes de conférences-formations en entreprise sur le thème du Web 2.0 et ses applications en contexte d’affaires ou en recherche, je suis convaincue que cette offre de cours va clairement répondre à un besoin au Québec.

Voici la description des modules (en pardonnant la faible utilisabilité de SPIP qui est la plateforme qui propulse le tout).

Mon seul commentaire de type bémol, il me semble qu’il manque définitivement un module ‘UX 2.0‘…mais ça peut se corriger…;-)

3 / 11 / 2009Foundations of listening and engagement

This presentation supports a Webinar organized by Radian6.

An interesting Q&A on listening and engagement
follows the presentation

23 / 10 / 2009Highlights of the Enterprise 2.0 track at Webcom 09

I like conferences when people report and share real case experiences, a process they went through which is described and explained for you.

Walton Smith
‘s (@walton3) talk at yesterday’s Webcom 09 was one of those. He introduced us to the Hello.bah.com social network’s implementation process which took place about a year ago.

When I checked out the program schedule, I relaized thatEnterprise 2.0 is a topic I know less than Marketing 2.0 and UX Solutions 2.0 but I got out of the conference with a clear understanding of the key drivers of implementation success from the Booz Allen Hamilton‘s case presented. Here are my notes directly typed on my Blackberry during Walton’s presentation.

INTRODUCTION: About BAH’s organizational context
A large consulting firm of 23000 employees + 5000 new to be hired this year + lots of partners, all geographically spreaded throughout the world…

STARTING POINT
Walton’s team tired with “Do U know?” emails…

Hi Walton,
“Do you know someone who’s got sharepoint expertise?”

SN PROJECT’S GOAL: To set up an open but secure environment to unlock the power of the organization, meaning: to agregate useful content back to folks which can be tied to one’s profile.

TECHNOLOGICAL CHOICE
Process: Walton’s team sat down with big vendors to check out their solutions
But they needed an agile platform and opted for open source solutions which could be tied to the different tools they were already using within BAH.

This choice clearly reveals a focus on the users, not forcing them to switch tools, but adding to what they were used to login to…

FOCUS #1: CHANGE MANAGEMENT

Half of budget on change management, the transformational experience which requires internal buy in for new tools adoption.

  • Train new employees on day one and transfer the skills to former ones with demos and hands-on activities for these are the ones which work best for improving adoption behaviors and the adoption rate.
  • Don’t force usage upon folks but implement built-in intrinsic and extrinsic incentives through the choice of useful aggregating tools, search results with profile’s ranking based on participation, allow for peer evaluation and comments, and make sure employee assesment includes SN content contribution.
  • Track adoption metrics and usage level statistics.

After one year: 50% of the company’s employees actively contribute to the SN, meaning they are hello.bah.com posters vs lurkers…

  • Report back benefits to leadership!

ADOPTION 101
Before: BAH had a wiki that only a few used
Goal: to develop a day2day use of the SN
BAH first added a kind of LinkedIn app called Connexion to help people make connections… increasing the exchanging volume potential…and got more than 10000 profiles within 7 days
Key success factor: Ensure support within a 24h response cycle.

SHARING CONTENT: the key activity to unlock the power of the organization

To allow both unstructured collaboration with the wiki and structured collaboration with some sharepoint – from within and with external partners.

All employees at all levels can add and create content or community without hierarchy.

Particular case with employees of the Facebook gen: heavy users but would not add value to the system contributing, as if they did not have the intellectual capital to do so. Coaching sessions were set-up to train them and reverse the situation, transforming them into hello.bah.com champions.

FINAL KEYWORD: CONTENT AGGREGATION which can immediately go back to the community

Employee profile pre-filled with all info already known by the company to allow people to look for all employees with Sharepoint expertise for example…

Subscriptions to each and every content available via RSS or email alerts (piecemeal or group level).

If you are interested in learning more about this topic, I had the privilege of participating in the Webcom live and interviewed Walton Smith after his talk.

Also related to the topic, here is a link to the interview of Jean-Pierre Desbenoît who presented the recent pilot rollout of the intranet of the French Government Civil Aviation General Direction (DGAC) at Webcom 09.

Also, I want to let you know that all the Powerpoint presentations of this Webcom 09 edition will be available on their site within 10 days.

I am very glad to report that I enjoyed this year’s edition of the Enterprise 2.0 track at Webcom since it was not 100% the case unfortunaltely last year, as Andrew McAffee, the one that every one was expecting… left me a bit disappointed as I sadly wrote in my blog when I got home 🙁

I truly had the feeling Professor McAffee basically presented the key points from his article “Enterprise 2.0: the Dawn of Emergent Collaboration“, which is an excellent article but I had read it already since it was published two years before that Webcom edition he was presenting in 2006. At the time, the article’s integral text had been made available for free as a ‘classic’ for a short period of time in 2007 from MIT SMR.

3 / 10 / 2008Sociale expérience des interfaces web

Le 16 septembre dernier à la Cantine (Paris) s’est tenu le lancement du livre de Nicole Pignier et Benoît Drouillat:

Webdesign: Sociale expérience des interfaces web“.

Cet événement était organisé par le Pôle Excellence e-Design avec La Cantine, la FING et les Designers Interactifs.

Je vous laisse en lire l’excellente présentation qu’en a fait le site d’éducation à distance Thot, dont voici un extrait:

Plus qu’un simple lieu d’affichage de l’information, plus qu’un simple mode d’accès à l’information, l’interface graphique des sites Web ne serait-elle pas l’espace scénique où se construit une relation imaginaire et culturelle entre l’annonceur et l’usager?

Les interfaces web par les spécificités de leurs métaphores, par les modes d’organisation de l’information et les parcours de travail qu’elles proposent, invitent les usagers à vivre une réelle expérience socio-culturelle dont les conditions et les enjeux sont dévoilés dans le tout nouvel ouvrage coécrit par Nicole Pignier (Chercheur au Centre de Recherches Sémiotiques de l’Université de Limoges, responsable de la Licence Professionnelle en Webdesign sensoriel et stratégies de communication en ligne) et Benoit Drouillat (Président de l’association des Designers Interactifs).”

D’autres mentions du livre dans des blogs: Interface/Interaction

Est-ce que quelqu’un a ce livre entre les mains? l’a déjà lu? Je suis intéressée à avoir des avis, témoignages de lecteurs avisés 🙂

Ces deux auteurs ont également écrit: “Penser le webdesign. Modèles sémiotiques pour les projets multimédias“, aux éditions de L’Harmattan, Paris, 2004.

Voir aussi cet autre ouvrage de Nicole Pignier sur le sujet: ENJEUX THEORIQUES D’UNE GRAMMAIRE DES DISCOURS MULTIMEDIAS : POUR UNE SEMIOTIQUE OUVERTE, sachant qu’elle est par ailleurs responsable de la Formation en Webdesign s’offrant à l’Université de Limoges.

Je remercie mon ami Jean-François Pitet de m’avoir pointé cet ouvrage 🙂

6 / 08 / 2008Prix Arte y Pico


C’est pas tous les jours que cela nous arrive et quoi que cela représente dans l’absolu et quoi que l’on en dise, une petite tape de reconnaissance cela fait toujours plaisir, même virtuellement attribuée 🙂

J’ai donc reçu le prix Arte y Pico de Stéphanie Le Rouzic, mardi 5 août 2008 à 08:17 via son blogue de référence en matière d’utilisabilité, recherche qualitative et marketing portant le nom de Utilisabilité.info. Merci Stéphanie pour ton suivi attentif depuis 2006 de ces champs d’intérêt que je partage!!!

Récompense des blogues féminins pour leur créativité, leur conception, leur matériel intéressant et leur contribution à la communauté de blogueurs“.

Voici la description que fait Stéphanie de ce prix dans son billet m’attribuant cette mention. Je poursuis donc la roue en vous présentant ici cinq blogues écrits par des femmes et qui sont également dignes de ce beau sexe par leur fond et forme…;-) NB: Il n’y a pas de critère d’ordre à chercher ici d’un point de vue de la qualité ou autre.

Apophenia
J’aimerais commencer cette liste de suggestions par un blogue qui me rejoint à deux niveaux, soit sur le plan professionnel et académique, ce qui est rare. Il s’agit de l’excellent blogue de Danah Boyd dont le “best of” est une excellente façon de tomber sous le charme intellectuel de ce brillant cerveau. Un modèle de femme inspirant pour moi à bien des niveaux…:-)

Mint Birdy
Ma seconde référence va pour le site de ma très vénérée amie et agent libre dans tous les bons sens du terme, Véronique Desrosiers, pour son jeune mais prometteur blogue Mint Birdy portant sur le marketing stratégique interactif et bénéficiant d’un solide appui en référencement par les tops du domaine à Montréal…;-)

Mamamiiia!
Parce que l’on peut être spécialiste de l’internet et des archives numériques et aussi mère de famille et aussi avoir plein de choses à dire sur le monde que l’on observe (ou sa maison que l’on rénove!), ma suggestion suivante se tourne vers le site Mamamiiia! de ma collègue et amie Christine Simard, de Radio-Canada.

gycouture[design]
Parce que j’aime le beau qui comprend l’intelligent, et que c’est rare d’avoir l’oeil qui sait saisir le bon juste milieu, ou pour faire un jeu de mot trop facile, la véritable interface entre les deux, ce blogue gycouture[design] est une source de références qui correspondent toutes à cette description. Guylaine Couture est également une personne avec qui il est très agréable de concevoir des interfaces favorisant l’expérience, vous vous en douterez…:-)

Muriel Ide
Enfin j’aimerais terminer par une dernière référence et non la moindre…car comme je dis y a pas d’ordre ici et cette référence vaut son pesant d’or…il s’agit de celle de Muriel Ide. Elle est plus que blogueuse à mes yeux, car elle incarne par ses implications multiples un réseau en soi à part entière et contribue ainsi pas mal à tout ce qui grouille de techno à Montréal, dont le Yulbiz, pour ne citer qu’un exemple. On peut notamment la lire sur le blogue de l’AMM-PCM (Association Marketing de Montréal), et aussi se régaler les yeux avec ses créations personnelles sur MI2, de vrais bijoux de “posts” c’est le cas de le dire!! Allez jeter un coup d’oeil les filles 😉 Merci pour tout Muriel!

Ici, j’invite ces collègues blogueuses à poursuivre cette chaîne de référence, et pour ce faire, je reprends la partie réglementaire suivante du billet de Stéphanie.

Veuillez mesdames noter les 5 règles à respecter pour décerner ce prix :

1) Vous devez choisir 5 blogs que vous estimez mériter ce prix pour leur créativité, conception, matériel intéressant et contribution à la communauté de bloggeurs, quelque soit la langue
2) Chaque prix doit contenir le lien vers le blog de son auteur pour être visité par tous
3) Chaque lauréat doit montrer son prix et remettre le nom et le lien vers le blog qui lui a donné 4) Le lauréat doit montrer le lien de l’art y pico blog
5) Et afficher les règles.

Quelques blogueuses qui se sont déjà fait prendre à ce prix et à d’autres du même acabit! 🙂

  • Femme 2.0 ou le parcours transsexuel (à qui je dois encore un lunch d’un pari perdu au dernier Webcom!)
  • Intellexuelle.com pour le prix Brillante Weblog 2008

    Merci de toutes contribuer et ainsi partager ce que vous observez, lisez, vivez, aimez, et parfois ce à quoi vous travaillez fort!

  • 7 / 06 / 2008Orange Labs en photos et R&D qui fait rêver et avancer

    Dans l’Infolettre e-business du 9 juin 2008 du Journal du Net, on retrouve à la Une et réalisé par Cécile Debise, un reportage photo des Orange Labs de France Telecom à Paris, en fait plus exactement situés à Châtillon (dans le 92). Du coup, je crains que pour mon lectorat français (parce que plus de monde me lit en France qu’au Québec selon mes stats…) qui doit en avoir entendu bien plus parler que nous ici, ce billet va sembler peut-être un peu moins “exotique”…mais qu’à cela ne tienne, la R&D et le rêve, c’est international! ;-))

    Quand on rêve de R&D en TI/e-marketing, on se promène à travers les photos comme dans un petit conte de fées, et certaines images frappent l’imaginaire encore plus que d’autres…comme celle de l’immense ardoise format mur complet de salle avec plein de craies de toutes les couleurs…le tout fourni sous l’intitulé “share ideas”. Y a pas besoin d’être idéaliste pour être un peu séduit-e quand même avouez…

    Un peu plus loin, on se fait présenter un concept de salle de rencontre informelle, appelé le “pod” et à mi-chemin entre travailler à deux sur un coin de bureau, la salle de rencontre formelle et la terrasse-café-lounge…Encore une fois, y a pas besoin d’être sensible au “marketing” d’un concept pour le trouver aussi cool pour favoriser la collaboration, qu’un peu “futuristement” design à regarder…! En plus, moi franchement, je crois que ça me donnerait l’impression de jouer dans Star Trek dans le cadre de mon travail…mais ça c’est une autre histoire! 😉

    La dernière image et non la moindre qui m’a bien accrochée est celle du Chapi-Chapo, leur logiciel de reconnaissance biométrique et morphologique dont voici la photo et la description prises directement de l’article du Journal du Net:

    Chapi-Chapo est un logiciel de reconnaissance biométrique et morphologique : il capture en temps réel des images, via une webcam, détecte la présence d’un visage ainsi que plusieurs dizaines de points caractéristiques faciaux (contours faciaux, labiaux, yeux, etc.), et positionne finement des accessoires (lunettes, chapeaux, moustaches, etc.) sur le visage. Le tout de façon quasi instantanée. Orange imagine deux applications pour ce service innovant : rendre plus ludique la communication en messagerie instantanée, et développer de nouvelles approches commerciales (essayages virtuels pour les opticiens par exemple). “

    Disons qu’à la lecture de cette description, on peut facilement s’imaginer la variété d’applications possibles de cet outil à l’observation du comportement du consommateur en ligne pour la recherche, et également déjà prévoir le prochain buzz d’agences spécialisées en “expérience utilisateur” offrir ce nouveau service de tests usagers +++ , comme on a pu voir avec le eye-tracking depuis quelques années.

    Dans le cadre de ma thèse, je sais que je vais déjà assez m’arracher les cheveux à analyser et croiser les données de l’observation classique – qualitative (protocole verbal et questionnaire) et quantitative (clickstream ou historique/journal de logs) -, avec l’oculométrie et les mesures physiologiques (pulsation cardiaque, dilatation de la pupille, réponse galvanique ou électro-dermale, etc.)…pour garder la reconnaissance biométrique et morphologique pour un projet de recherche futur…!!!

    D’ailleurs en parlant de recherche, contrairement à ce que pourrait laisser croire mon petit tour des lieux jusqu’à présent, détrompez-vous de penser qu’aux bureaux de Oranges Labs, ils ne font que se promener dans leurs super locaux…Ils font aussi de la recherche! Oh ben ‘coute donc!?!# …comme on dit au Québec pour manifester la grosse surprise 😉

    Sans blague, comme vous le savez, je suis et m’intéresse beaucoup à tout ce qui touche au Web 2.0, et dans Internet Actu, on peut trouver plusieurs articles de Dominique Cardon entre autres, sociologue chercheur au laboratoire Sense d’Orange Labs qui, parmi de nombreuses autres contributions, proposait en février dernier (2008 avec mise à jour en avril sous format vidéo), son fameux essai de typologie du Web 2.0, pour lequel il mentionne la contribution de ses collègues du Orange Labs, via leurs discussions…dans un des pods qu’on a vu en photo peut-être?

    Sur Internet Actu, le blogue colletif de veille de la FING), sans pouvoir tous les nommer, vous pouvez suivre également les très enrichissantes réflexions de Hubert Guillaud, Jean-Marc Manach et Daniel Kaplan, qui est venu tout récemment à Montréal présenter la FING les 8 et 9 mai derniers.

    28 / 05 / 2008Web 2.0 : êtes-vous “free” pour le lunch?

    Mon titre est un jeu de mot sur un article trouvé aujourd’hui sur le blogue de Fabrizio Tinti: Pintiniblog, et dont le titre est:

    No free lunch sur le Web 2.0 ! Ce que cache la gratuité apparente des réseaux sociaux numériques (pdf)

    Cet article du professeur d’économie Xavier Wauthy de l’Université Catholique de Louvain, in Regards Economiques, mai 2008, n° 59, UCL.

    Voici un aperçu synthèse de cet article avec des extraits clés qui m’ont semblé essentiels à sa compréhension et que j’ai sélectionnés pour vous.

    Xavier Wauthy introduit son article par ces propos:

    “Comment réconcilier l’existence de ces sites, dont l’utilisation est très largement gratuite avec l’échelle mondiale sur laquelle ils se déploient, échelle qui engage bien évidemment des moyens financiers considérables ? Dans ce numéro de Regards Economiques, nous nous proposons de mettre en perspective les principaux enjeux économiques que soulève le monde du Web 2.0. Les mécanismes sur lesquels il s’appuie nous apparaîtront finalement très classiques.”

    1. Numérisation et remise en cause du modèle d’affaire dans l’industrie des contenus

    “Dans ce numéro de Regards Economiques, nous nous proposons de mettre en perspective les principaux enjeux économiques que soulève le monde du Web 2.0. Les mécanismes sur lesquels il s’appuie nous apparaîtront finalement très classiques. Le développement du Web 2.0 s’inscrit en effet dans la stricte continuité de l’évolution initiée par la numérisation de contenus dont la consommation tend à se dématérialiser.”

    “Le plaisir éprouvé à la lecture d’un roman passe généralement par l’achat du livre. En particulier parce que sa reproduction est contrôlée par le droit d’auteur. Le modèle économique sous-jacent est simple : on contrôle la consommation du contenu et on parvient à la faire payer par chaque consommateur (ou presque) grâce au contrôle exercé sur la diffusion du contenant. Le droit d’auteur est essentiel au processus dans la mesure où il augmente, par voie légale, l’efficacité du contrôle et limite la diffusion non payante. L’avènement de l’ère numérique remet ce modèle d’affaire en cause parce qu’il rompt l’équilibre que le droit d’auteur permettait d’établir entre une diffusion légale large et une reproduction illégale restreinte. Et ce pour deux raisons.”

    “Une particularité des sites communautaires est […] qu’ils incitent à une diffusion initiée de façon décentralisée par les utilisateurs eux-mêmes (lorsqu’ils “uploadent” des contenus), tout en centralisant l’accès à ces contenus via le point d’entrée unique que constitue leur portail. Ce faisant, ils remettent au goût du jour le modèle économique d’un financement de la diffusion de contenus par la publicité.”

    2. Le Web 2.0 : une logique de marchés multifaces particulière

    “Le modèle d’affaire publicitaire a été revisité par la théorie économique récente dans le cadre des modèles de marchés à multiples versants (ou multifaces). L’intuition qui sous-tend le fonctionnement économique d’un marché multiface est très simple à saisir en considérant l’exemple des cartes de crédits : un réseau de cartes de crédits tels que Visa ou American Express est constitué de deux versants. D’un côté les commerçants, disposés à accepter les cartes comme moyen de paiement et de l’autre coté les particuliers désireux de régler leurs achats avec le morceau de plastique en question. L’intérêt pour un consommateur de détenir un carte de crédit dépend directement du nombre de magasins qui sont affiliés au réseau. Réciproquement, l’intérêt pour le commerçant de s’affilier à un réseau de cartes de crédit est directement dépendant du nombre de consommateurs qui y sont affiliés. La valeur du produit pour une catégorie d’agents est positivement corrélée au nombre d’agents présents de l’autre côté du marché. Nous observons donc la présence d’externalités de réseau croisées : “externalités de réseau” au sens où la valeur du produit dépend du nombre d’utilisateurs et “croisées” parce que les utilisateurs en question appartiennent à des catégories différentes.”

    “Une des conséquences immédiates de la logique d’un marché multiface est la pratique de systèmes de tarification totalement déconnectés des coûts de production. En particulier, il est non seulement concevable, mais même naturel, de sponsoriser (c’est-à-dire de tarifer sous le coût marginal) l’usage de certains utilisateurs pour peu que leur présence massive augmente la valeur attachée au produit par d’autres catégories d’agents économiques.”

    “Le propre des sites sociaux est d’être basés sur une description assez fine des profils des utilisateurs. Sur ces sites en effet, les interactions à réaliser sont d’autant plus valorisées par les agents qu’elles sont organisées autour de leurs centres d’intérêt. Du point de vue des utilisateurs, la performance d’une plateforme du Web 2.0 se mesure donc au nombre de “contacts” qu’elle rend possible mais aussi et surtout, à la qualité de ces contacts, que l’on pourrait résumer à la finesse de l’appariement réalisé. Tout est mis en place pour que les utilisateurs de plateformes révèlent spontanément, et correctement, leurs centres d’intérêt, puisque c’est de cela que la qualité des interactions qu’ils pourront réaliser dépend directement. Tout se passe comme si les externalités croisées de réseau, classiquement basées sur la taille de l’audience d’un côté et la quantité de contenus de l’autre, étaient couplées à des externalités de réseaux basées sur le type des participants, les caractéristiques des contenus. La vertu principale des sites sociaux est donc de réaliser un “appariement” à la fois fin et à grande échelle sur base d’un vaste ensemble de critères.”


    3a. Questions de régulation – Web 2.0 et propriété intellectuelle

    “Les réseaux sociaux se nourrissent de contenus (dont ils tendent presque à devenir les contenants) fournis par les utilisateurs eux-mêmes. Comme nous l’avons déjà souligné, ce sont bien ces contenus qui permettent de constituer le fonds de commerce des opérateurs. Or, très souvent, ces contenus sont protégés par le droit d’auteur et leur diffusion via les sites sociaux est la plupart du temps illicite, au sens où elle est réalisée sans l’accord des ayants droit.”

    “Les développements récemment observés suggèrent qu’une autre direction pourrait être prise, par les acteurs privés eux mêmes. Ainsi en va-t-il des tractations en cours entre MySpace, FaceBook et les Majors de l’industrie musicale : l’objectif poursuivi est de développer, via les sites du Web 2.0, une offre légale d’écoute à la demande et/ou de téléchargement gratuit, financée par la publicité. La meilleure politique ne consisterait-elle pas justement à favoriser la mise en place de ces solutions privées, négociées. Le droit de propriété intellectuelle, tel qu’il existe aujourd’hui, semble doter les ayants droit d’un levier suffisamment puissant pour assurer une transition vers les nouveaux modes de consommation des réseaux sociaux.”

    3b. Questions de régulation – Plate-forme multiface et concurrence

    “Le véritable enjeu est cependant ailleurs : quel est en fait le marché dont nous assistons aujourd’hui à l’émergence sur les réseaux du Web ? Un scénario avancé est celui d’une convergence numérique totale des biens d’information centrée sur le réseau Internet. Dans cette hypothèse, l’essentiel de l’information consommée, des communications échangées transitera par le Web. Les mouvements de concentration récents, tels que le rachat de YouTube par Google, les offres d’achat de Facebook par Microsoft, ou encore les tractations entre Myspace, Yahoo et Microsoft peuvent être compris comme la mise en place accélérée d’un contrôle de l’ensemble de l’accès aux contenus d’information par un très petit nombre d’opérateurs globaux.”

    En conclusion, Xavier Wauthy écrit:

    “Au terme de cet article, il apparaît que les plateformes du Web 2.0 consacrent, très largement, non seulement le vieil adage des économistes selon lequel “rien n’estvraiment gratuit” mais également la sagesse populaire selon laquelle “les meilleures soupes se font dans de vieilles casseroles”. Le financement de la gratuité (apparente) des contenus est on ne peut plus classique : il s’agit du “bon vieux” modèle publicitaire. Tout au plus, les technologies modernes en décuplent-elles potentiellement l’efficacité. Et on l’aura compris, la consommation gratuite des biens proposés par le Web 2.0 a un prix direct : l’information que vous fournissez aux sites auxquels vous vous affiliez. Elle a aussi un prix indirect : les montants publicitaires investis par les annonceurs sont répercutés dans le prix auquel les biens de consommation courante sont vendus. En bout de course, nous payons toujours! La régulation économique du Web 2.0 contribuera à déterminer combien nous payerons, et pour quoi.”

    À bon entendeur: salut! 😉

    15 / 05 / 2008Webcom Montréal 2008

    webcomUne série de très bonnes conférences…que je ne pourrai toutes rapportées malheureusement…

    Michelle m’ayant confié que mes billets étaient bons mais complexes à lire, voici donc un compte-rendu de conférence différent, plus “punché”!

    Cette fois, je vous rapporte l’esprit, l’idée générale de la conférence, ou mon impression de celle-ci…suivie de:
    [+] UNE phrase clé forte
    [-] UNE phrase clé faible

    Prêt-e-s pour du Strong-Bullet-Point-Blogging?! 1-2-3 GO! 🙂

    L’Entreprise 2.0 : Ses origines, ses défis
    English conference by Andrew McAfee (Harvard Business School)

    Une conversion powerpoint parfaite de son super article “Enterprise 2.0: The Dawn of Emergent Collaboration” (MIT Sloan Management Review, 2006, 47(3)), mais est-ce que cela suffit pour faire une bonne conférence? Je vous avoue que l’article est vraiment bon et du coup, mes attentes étaient élevées…et déçues car il a encore roulé sur son contenu 2006. J’avais eu un peu moins ce feeling avec Chris Andersen, Don Tapscott et James Surowiecki.

    [+] How to leave old and incumbent technologies like email for collaboration? New and more performant technologies adoption challenge means that each new productivity-improving techno must be 10x better to be adopted otherwise they remain niche technologies…

    [-] The 1%-contributors-99%lurkers-rule does not apply to social networks…with no explanation, no fact-based justification, no research reference…nothing except “I am the expert and I tell you”…so from this standpoint it clearly means end of the conversation…?&#/!

    Communautés en ligne, influenceurs et marketing citoyen : Votre marque ne vous appartient plus !
    par Frédéric Cavazza (Consultant independant)

    Il me semble que si on suit Cavazza sur son blog, on sait à quel point son contenu est de qualité, et il a été fidèle à ses idées, sans nécessairement pour autant les avoir approfondies avec/pour nous un cran plus loin, juste pour l’occasion. Je respecte ce choix.

    [+] “Outils simples ne veut pas dire interactions pauvres et inversement, outils complexes ne veut pas dire interactions riches”…oh que c’est tellement vrai!

    [-] Le monde en ligne se divise en trois catégories de spammers: les classiques offrant du Viagra, les marques et vous et moi/nous tous. Il me semble que c’est une phrase choc qui retient l’attention quant au contexte de saturation de messages, mais affirmer que toute communication est une forme de spam en soi, demeure discutable selon moi…à moins que j’aie mal compris? Je suis intéressée à comprendre et ouverte à débattre de la question! J’espère surtout que ce commentaire ne compromettra pas nos intentions à Fred, Stéphanie et moi, d’explorer des avenues communes pour la prochaine journée mondiale de l’utilisabilité avec Fred et avec qui nous avions lancé l’idée au Webcom de 2007 déjà! 😉

    Comment mesurer le succès d’un site Web quand les ventes ne sont pas le but?
    English conference by Alex Langshur (PublicInsite)

    Excellente conférence soulignant l’importance de faire évoluer les métriques rattachées à la performance des sites Web, surtout lorsque ceux-ci ne vendent rien de “tangible”, sinon une idée, une cause, comme pour encourager à “manger santé” dans le cas de Santé Canada.

    [+] Page views and visits alone cannot be good indicators of Web site traffic as they mean nothing in terms of why, how, when, what for, etc. Crossing with other metrics/data is necessary, and working on communication reports to offer more than data is essential as well…to be able to contextualize info for the organization’s characteristics and goals. À ce titre, il est important de souligner que Chaire de commerce électronique RBC Groupe Financier a martelé ce message depuis des années, mais reconnaissons que c’est encore plus vrai à l’ère du 2.0. À quand par exemple, un modèle intégré de métriques incorporant les nouveaux canaux de communication en ligne comme Twitter (ex. combien de personnes mentionne votre site dans les feeds de Twitter).

    [-] Benchmark is perspective…Honestly, I agree that a Benchmarking activity comes first and foremost for any organization on the Web, but to be able to compare and situate one organization in its industry does not necessary mean gaining perspective in itself…Someone at some point has to tie all the pieces together, and translate the benchmarking results into information…someone has to do the thinking! There’s no magic in gaining perspective!

    La règle d’or du marketing interactif
    English conference by Bryan Eisenberg (Future Now Inc.)

    The golden rule of marketing is how to build the right call to action!

    [+] Challenge to sell on the Web is that it cannot be made with more than 200 words while on TV, sales ads extend themselves easily up to 20mn…

    [-] Treasure map for building “Persuasion architecture” leading to “persuasive momentum”…a very catchy concept and introduced at the level of “online activity” – vs. at the “interaction-design” level only like HFI’s -, but sounded a bit too much like a recipe. I don’t like things presented that way, it is always oversimplifying at best. I had come accross the concept already, since it is familiar and akin to the HFI’s PET (Persuasion/Emotion/Trust)Method to me. To be fair to all the authors here, the book “Call to action: How to Improve your online traffic” (the link allows you to download sample chapters) which he co-authored, was published in 2005, which means 2 years before Mona Tep’s article.

    D’autres billets en rapport avec la conférence Webcom Montréal: le blog de Webcom, Isabelle Lopez, Geoffroi Garon, Guillaume Brunet et Michelle Blanc parmi d’autres…

    Je tiens à remercier l’équipe de ZeroSpam et tout particulièrement, David et Elaine Poellhuber, de nous avoir permis, Anik St-Onge et moi, d’assister au Webcom.

    220-802 050-SEPROAUTH-02 M70-101 70-458 70-462 100-101 640-554 700-505 70-457 70-460 C2150-197 EX0-001 070-243 70-466 C_THR12_66 C4040-225 1Z0-061 70-331 EX300 1Z0-060 MB2-701 70-467 EX200 M70-301 70-489 C2180-278 MB7-702 MB2-702 70-487 70-243 70-414 70-466 200-120 MB2-703 070-462 70-462 70-461 9L0-012 C_BODI_20 PRINCE2 1Z0-851 70-432 1Y0-253 070-496 100-101 648-244 070-668 C4040-252 650-752 70-642 HP0-Y50 E20-385 500-285 70-410 70-461 70-462 70-483 EX300 070-461 MB2-702 MB7-702 220-802 400-101 646-206 700-501 70-480 C4040-108 MB2-701 70-412 70-466 200-120 C4040-225 1Z0-061 70-347 C4090-452 MB2-703 400-101 70-410 70-417 70-463 70-488 70-462 C2090-303 C2090-614 70-461 70-486 70-411 400-101 646-206 300-206 70-243 74-325 C2020-622 Windows 7 key Windows 8 key Office 2013 microsoft office 2010 cheap Windows 7 key Office 2007 key Office 2010 key Office 2008 key Windows 7 Windows 8 Office 2013 microsoft office 2010 cheap Windows 7 key microsoft Office 2007 key microsoft Office 2010 key windows 7 key windows 8 key Office 2013 key windows 81 key microsoft 2010 key office 2010 office 2007 key buy windows 7 key cheap windows 7 key dowload office 2010 key cheap windows xp key cheap windows 2008 buy microsoft 7 key windows 2011 key windows 2011 adobe photoshop key rolex replica watch swiss replica watches replica watches for men replica watches Rolex replica watches rolex swiss replica watch top rolex replica swiss rolex replica watches cheap replica omega rolex replica watches latest replica omega watches replica omega watches 70-432 1Y0-253 070-496 100-101 648-244 070-668 C4040-252 650-752 70-642 HP0-Y50 E20-385 500-285 70-410 70-461 220-801 220-802 N10-005 SY0-301 000-221 00-780 N0-101 1z0-051 C4090-450 C4120-783 EX200 MB2-700 MB3-700 MB6-869 OG0-093 VCP-510 VCP550 70-486 70-418 400-101 70-410 050-SEPROAUTH-02 200-120 MB2-703 070-462 1Z0-554 1Z0-567 200-001 250-310 250-371 640-878 70-461 70-462 200-120 70-488 MB2-703 70-410 70-461 70-480 70-532 200-120 MB2-703 070-462 70-462 70-461 070-410 JN0-102 70-411 C_TADM51_731 C4090-958 70-483 EX300 070-461 MB2-702 MB7-702 220-802 MB2-703 70-411 MB5-705 C_TADM51_731 70-346 70-486 70-347 70-480 70-483 70-412 70-463 MB2-700 70-417 C_TAW12_731 400-101 MB2-702 70-487 400-101 646-206 700-501 70-480 C4040-108 MB2-701 070-411 100-101 640-554 700-505 70-457 70-460 C2150-197 EX0-001 070-243 70-466 700-501 050-SEPROAUTH-02 M70-101 70-458 CCD-410 70-341 70-464 70-680 74-335 350-018 C_TFIN52_66 70-243 VCP-550 70-414 70-466 100-101 JN0-102 VCP550 640-554 70-331 EX300 1Z0-060 MB2-701 70-467 EX200 350-001 700-505 640-911 M70-301 70-489 400-101 70-410 050-SEPROAUTH-02 200-120 MB2-703 070-462 70-462 70-461 070-410 JN0-102 70-411 CCD-410 70-341 70-464 70-680 74-335 M70-201 117-101 810-420 C2180-276 C4040-221 1Z0-599 350-029 820-421 C_THR12_66 117-102 70-342 MB5-705 C_TADM51_731 70-346 70-486 70-347 70-480 70-483 70-412 70-463 MB2-700 70-417 70-480 C4040-108 MB2-701 070-411 100-101 640-554 700-505 70-457 70-460 C2150-197 EX0-001 070-243 70-466 C_THR12_66 C4040-225 1Z0-061 70-347 C4090-452 VCP-550 070-177