19 / 02 / 2013Télé-conférence UX & Marketing dans le cadre d’un afterwork FLUPA

En Octobre 2012, j’ai eu le plaisir de donner une télé-conférence sur le UX et le marketing depuis ma cuisine, à Montréal, dans le cadre d’un afterwork FLUPA qui se déroulait au Luxembourg 🙂

J’avais écrit un billet à l’époque à propos de cette communication qui porte sur la convergence entre UX et marketing, je viens de recevoir la vidéo de cette téléconférence enregistrée par la FLUPA, et j’en profite pour remercier son Président Guillaume Gronier pour cette invitation et la vidéo!

VisoConférence sur le UX et Marketing

21 / 01 / 2013L’importance de la recherche UX pour la relation client

Aujourd’hui le 21 janvier,  j’étais de passage à l’émission « En affaires » avec François Gagnon sur la chaîne Argent (Réseau TVA). L’émission dédiée au monde des affaires et plus particulièrement à l’entreprenariat du Québec, avait comme sujet la stratégie du marketing internet. Read more…

22 / 11 / 2012Expérience du consommateur multicanal bancaire

Cette conférence a été présentée dans le cadre de la Journée Mondiale de l’Utilisabilité 2012 portant cette année sur le thème des services financiers, et lors de l’événement organisé par UxPA Qc, l’Association des professionnels de l’expérience utilisateur du Québec, conjointement avec Tout le Monde UX, le 8 novembre 2012 à Montréal, à la coop ECTO.

On peut lire un excellent billet sur l’adoption des comportements bancaires en ligne et mobiles, et complémentaire à cette présentation, écrit par ma collègue et co-conférencière Valérie Gohier, Directrice Conseil chez imarklab.

12 / 10 / 2012UX & Marketing: convergence ou complémentarité vers une meilleure expérience interactive?

Visioconférence présentée dans le cadre de l’Atelier Afterwork FLUPA du 9 octobre 2012

Tel qu’annoncée dans les nouvelles d’imarklab, Cette communication explore comment les objectifs et les méthodes rattachées aux disciplines de l’ergonomie cognitive appliquée au Web UX et au marketing se rejoignent à l’ère du Web social?

8 / 06 / 2012Hello UXPA. Bye bye UPA.

So goodbye and thank you UPA. But get ready people, and say Hello and Welcome to the NEW. The UXPA.

UPA 2012, June 5th, 2012. Las Vegas, NV

.
Vous venez de lire les derniers mots du speech d’inauguration de la conférence  UPA2012 Conference, prononcés par Ronnie Battista. Le trésorier d’UPA a annoncé cette évolution de l’association professionnelle des ergonomes des interfaces et autres professionnels des métiers rattachés à l’ergonomie des sites: la Usability Professionals Association (UPA) qui devient la: User Experience Professionals Association.

C’est une association principalement nord-américaine mais dont la vocation se veut justement de plus en plus internationale, dans la foulée de ce changement de nom, le rebranding reflète aussi un repositionnement beaucoup plus large, à la fois interne à la profession (UX vs utilisabilité) et international (vs AMérique du Nord).

L’association et ses membres ont des racines profondes en utilisabilité, et cette évolution n’est pas du tout une façon de renier ses origines, au contraire, c’est une ouverture à toutes les disciplines qui se sont greffées autour de l’utilisabilité avec le temps, et que l’appellation parapluie d’expérience utilisateur sait mieux refléter.

Le changement de nom traduit également le fait que les professionnels de l’expérience utilisateur (ou expérience usager) sont de plus en plus appelés à se prononcer sur des enjeux stratégiques dans le cadre de leurs interventions, au delà de la conception et du design ou de l’évaluation. Voici comment Carol Smith, Vice Président de UXPA exprime cette nouvelle réalité:

Our new organizational model allows us to deliver content on all four of these pillars: Research, Design, Evaluation, and Strategy (NDLR: l’emphase est mienne)

Au delà de la vision et de la mission nouvelles, d’un point de vue plus terre à terre, les membres de UXPA vont également bénéficier d’une série de nouveaux avantages professionnels, à commencer par les suivants:

  • Une orientation et une présence internationales accrues
  • 2 conférences par année, une en Amérique du Nord et une au delà de ces frontières initiales, et ainsi,  UXPA2013 se tiendra en deux temps et deux lieux, soit à Washington, DC et à Shangai en Chine
  • des avantages professionnels élargis via la création de groupes d’intérêt spécialisés (SIGs) dans différents champs tels que  la santé et le UX appliqué à l’eGovernment
  • une version en ligne du magazine trimestriel: “UX Magazine”
  • un site Web plus actif pour assurer le partage de connaissances s’effectuant via et autour des conférences et des SIGs

En guise  de point final sur le pourquoi de cette évolution et ce qui l’a principalement motivée, j’aimerais citer Cory Lebson, Directeur des partenariats stratégiques à UXPA :

    We are hoping to use this name change as a way to reach out to, and more closely align with, other like-minded organizations.

Pour aller plus loin:
– Le communiqué de Presse: UXPA Press release
– La transcription intégrale du discours d’ouverture de la conférence UPA2012 par Ronnie Battista: Ronnie Battista’s introductory talk

2 / 12 / 2010Retour sur le WUD 2010 au Québec

Sponsorisé par l’association américaine des professionnels de l’utilisabilité (UPA), Le 11 novembre 2010 dernier, s’est tenue la journée mondiale de l’utilisabilité partout dans le monde (WUD2010) et une fois de plus, le Québec a fait sa quote part avec succès! 🙂

[NDLR: Sur ErgonomiA, vous pouvez trouver des billets sur les précédentes journées mondiales de l’utilisabilité en cliquant sur les tags WUD | Journée Mondiale de l’Utilisabilité | JMU)]

Différentes activités ont été organisées avec brio dans le cadre de 5@8 très réseaux-z-interactifs! 😉

D’ailleurs, en tant que membre cofondatrice du comité exécutif d’utilisabilité Québec, responsable des relations académiques, j’aimerais me permettre un bref aparté personnel, pour lever ici mon chapeau à toute l’équipe et vous rapporter nos échanges Facebook à ce sujet avec Madame la présidente UQ elle-même! 🙂

À Québec, Patricia Baulne a rassemblé une magnifique palette de commanditaires autour d’un panel dont le succès a retenti jusqu’à Montréal! Vive Québec!

Portant sur le thème de la Communication + Simplicité dans le Web, plusieurs spécialistes du domaine sont venus partager leurs expériences et opinions de professionnels de l’utilisabilité “avec humour et originalité”, ainsi que les “défis et les stratégies liés à la communication de la pratique de l’utilisabilité dans le développement de sites et applications Web”.

Animé par Alain Robillard-Bastien (Directeur Utilisabilité et accessibilité chez Bell Solutions Web), le panel était composé de :

* Nathalie Barthe – Directrice Expérience utilisateur chez Taleo
* Michael Carpentier – Associé + Conseiller en architecture de l’information, rédaction et visibilité Web chez Zengo
* Daniel Lafrenière – Conseiller en expérience utilisateur
* Jacynthe Roberge – Chargée d’enseignement en design d’interface à l’Université Laval

Les biographies de ces panélistes sont disponibles sur le site d’Utilisabilité Québec, d’où je reprends les informations.

En parallèle, un panel animé par Nathalie Berger, Présidente d’Utilisabilité Québec et d’Idéactif Conseil, a eu lieu à Montréal, dans les nouveaux locaux du Centre de Recherche Informatique de Montréal (CRIM).

Ce panel a porté sur le thème: «Mobilité et UX: L’avenir de l’utilisabilité et du design dans un monde mobile » et y siégeait des ergonomes:
* Marie-Christine Messier – Ergonome, Desjardins
* Julie Saulnier – Consultante en ergonomie cognitive, en utilisabilité et en accessibilité
et des managers responsables du développement d’applications mobiles:
* Stéphane Bousquet – Directeur des Entreprises numériques, Office national du film du Canada
* Mathieu Houle – Directeur général, Mobile et Plateformes, Groupe Pages Jaunes

La combinaison d’expertises sur ce panel fut très intéressante dans la mesure où nous savons tous que la conception et le développement d’applications, qu’elles soient mobiles ou tout simplement interactives, nécessite des équipes pluridisciplinaires avec le maximum de stakeholders impliqués autour de la table, de préférence, pour garantir le succès du projet.

Ce panel fort intéressant a d’ailleurs été repris dans le cadre du Webcom 2010 (voir aussi mon billet précédent) qui a eu lieu à Montréal le 13 novembre dernier, avec une légère variante au niveau de certains des panélistes que je vous laisse découvrir ici.

Dans le cadre du Webcom Live! organisé et diffusé par notre @amicalmant à tous, Christian Aubry, je me suis d’ailleurs entretenue avec Nathalie Berger à la sortie du panel, dont elle a animé les deux éditions, et qui nous en résume les temps forts dans cet entretien vidéo d’une dizaine de minutes:

Vous pouvez consulter le résumé du programme complet des activités de la journée mondiale de l’utilisabilité organisée à Montréal et Québec sur le site d’Utilisabilité Québec. Avec notamment la présentation par Cynthia Savard (Yu Centrik) des résultats d’une étude sur l’utilisation de Twitter pour le service à la clientèle réalisée par UXAlliance. Tous les détails méthodologiques de l’étude “Around the world in 140 characters” sont disponibles sur leur site avec la possibilité de télécharger le rapport complet de 27 pages.

12 / 05 / 2010Le test d’utilisabilité classique revisité par une approche interprétative!

Cette étude exploratoire a été présentée dans le cadre du 78e congrès de l’ACFAS 2010 à l’Université de Montréal, au sein du colloque “2010: Une odyssée de l’espace virtuel ou la recherche sur les internautes et leurs avatars dans les métavers”, qui a été organisé par le professeur Benny RIGAUX-BRICMONT (Université Laval) – que j’en profite pour sincèrement remercier de tout son dévouement à mettre sur pied une programmation de conférences toutes fort intéressantes, et dans une ambiance interactive des plus chaleureuses!

Cette communication présente le fruit d’une approche réflexive appliquée à une pratique professionnelle d’ergonome des interfaces qui conduit des tests d’utilisabilité dans le cadre d’investigations servant la recherche commerciale.

En effet, développée dans le cadre de mon parcours doctoral et au-delà des courants dominants classiques et cognitifs, cette étude exploratoire tente d’intégrer des approches plus interprétatives de la recherche sur le comportement du consommateur, qui sont envisagées en complémentarité aux mesures cognitives quantitative et qualitative classiques du test d’utilisabilité. Ainsi, une tentative de re-conceptualisation du test d’utilisabilité est proposée en vue d’incorporer des éléments de nature plus interprétative dans l’analyse de l’interaction du consommateur avec un système d’information.

Les résultats de cette approche complémentaire explorant à la fois les dimensions cognitives et expérientielles symboliques et incarnées (corporalité du vécu sensoriel) sont encourageants. Bien que modestes, ils révèlent que la richesse de cette double analyse des données recueillies lors d’un test d’utilisabilité, favorise une compréhension accrue de ce qu’il est maintenant commun d’appeler « l’expérience usager ».

L’illustration de cette approche exploratoire est illustrée au travers d’un cas, celui du test d’utilisabilité du site Nouvelles de la Société Radio-Canada réalisé en 2005 (étude pour laquelle, après 5 ans, je suis désormais libérée de tout engagement de confidentialité dans le cadre de mes interventions professionelles).

7 / 05 / 2010Les Personas: une méthode pour l’intelligence client?

Dans le cadre du RDV printannier de la Chaire de commerce électronique RBC Groupe Financier de HEC Montréal, nous avons eu le plaisir de recevoir le Professeur Éric Brangier de l’Université Paul Verlaine de Metz (France), également directeur du laboratoire ETIC.

Éric Brangier nous a entretenu sur le thème des Personas, en s’interrogeant sur le potentiel de cette approche pour l’Intelligence Client, ce qui cadrait ainsi parfaitement avec l’intitulé du 5@7 Intelligence Client de la Chaire RBC.

La conférence a commencé par délimiter l’espace problème de l’expérience utilisateur, en la situant notamment en fonction de l’évolution du focus central des recherches s’y attaquant depuis la naissance de l’informatique à aujourd’hui. Il a cité ainsi successivement des phases de recherche plus centrées d’abord sur l’accessibilité (à partir des années 60), puis l’utilisabilité (à partir des années 1970), ensuite l’émotion (à partir des années 90) et enfin, la phase actuelle centrée sur la persuasion (à partir des années 2000), en précisant bien que chaque focus ne venait jamais éliminer la pertinence du précédent, mais bien au contraire, s’ajouter au précédent de façon incrémentale comme l’indique l’acétate ci-dessous:

Éric Brangier a ensuite situé l’approche des Personas parmi les méthodes classiques en précisant qu’il s’agit d’une méthode vraiment au coeur des quadrants de la situation d’évaluation “réelle-articificielle”, et de la source de savoir collecté “utilisateur-expert”.

S’inscrivant moins dans une ergonomie visant la correction et la conception, les Personas correspondent plus à une méthodologie permettant la prospection. Il s’agit de prendre conscience qu’avec la démocratisation et l’ouverture sur les clientèles internautes du monde entier qu’amène le Web, on ne peut plus concevoir en se représentant l’usager que peuvent être des milliards d’usagers…C’est dans cette perspective, que les Personas constituent une méthode prospective, permettant de se représenter des usagers fictifs potentiels futurs souhaitables et souhaités, afin de développer des produits interactifs anticipant des fonctionnalités en accord avec ces ‘archétypes’ usagers visés. Le conférencier a précisé cependant, que sa visée prospective constituait la principale critique adressée à la méthode des Personas, du fait de la difficulté de valider les projections de comportements qu’elle entraîne.

L’exemple des Personas d’Ericsson nous a été présenté. Sans retrouver la page où ils sont tous présentés, j’ai retracé ici un extrait de communiqué de presse révélant l’emploi de Personas en mode prospectif lors d’une foire d’expositions technologiques à Barcelone en 2008:

“Ericsson will conduct demos of the latest developments in television, mobile broadband and energy efficiency, including several world firsts, at the Mobile World Congress in Barcelona, Spain, from February 11 to 14.

Through the eyes of the consumer, Ericsson will employ interactive storytelling, using three personas to demonstrate how technology is used in different market segments: Jessica, a “digital native”; Tom, who is juggling career, family and hobbies; and Mosi, an empowered phone user.

Visitors to Ericsson’s TV Pavilion will be able to experience the whole process of producing, managing, distributing and consuming TV content. Ericsson’s end-to-end TV capabilities – across multimedia, network and services domains – will be on display.

Johan Bergendahl, vice president and chief marketing officer at Ericsson, says: “We want to position Ericsson as partner of choice for our customers that are moving into the TV space, or thinking of doing so. We see that consumers are changing how they watch TV. There has been a content explosion in the market and a clear technological breakthrough.”

Le conférencier a continué par définir les Personas comme des “archétypes ou une représentation des utilisateurs qu’on peut utiliser pour guider des décisions concernant la conception de systèmes“, construits sur la base de “données ethnographiques, technographiques, sociologiques et psychologiques“, et il a précisé que les Personas offrent le principal avantage de mettre ‘tous’ les utilisateurs potentiels sur un pied d’égalité en permettant d’outiller les équipes de développement d’une représentation commune de ceux-ci, collectivement négociée et construite…participant également à un niveau beaucoup plus large à la construction sociale du besoin.

Une excellente synthèse des recommandations relatives à la création des personas a été présentée, en faisant ressortir 5 phases essentielles:
1) collecte selon sources de données primaires ou secondaires
2) recherche et profilage des personas à créer en fonction de buts, caractéristiques et comportements intéressants
3) répartition des éléments en mode synopsis pour la création de personas bien campés et bien contrastés entre eux surtout
4) rédaction des personas comme tels aussi bien au niveau macro: nombre, types, etc., mais aussi micro: noms, styles de vie, contextes d’usage, etc.
5) diffusion des personas ou mise en place pour la mise en oeuvre via l’appropriation au sein des équipes de conception-développement

M. Brangier a bien insisté sur cette 5e et dernière phase, qui est le plus souvent oubliée ou escamotée, alors qu’elle est cruciale à rendre la création de personas réellement utile et efficace pour concevoir et anticiper l’expérience usager.

Afin de justement valider l’utilité de cette méthode, les deux cas de figure -avec et sans persona- ont été comparés par rapport à une situation précise de conception pour le développement de fonctionnalités pour une bibliothèque numérique. Les résultats de cette étude expérimentale ont révélé que pour 5 concepteurs Web chevronnés, une différence significative était observée sur des indicateurs comme:

  • le nombre d’idées générées (fluidité)
  • le nombre de domaines abordés (flexibilité)
  • le niveau de détail (élaboration)
  • le niveau de nouveauté (originalité)

Une variation a été observée de 521% entre le nombre total d’idées respectivement générées sans et avec l’aide de Personas pour les 5 sujets! – confirmant ainsi la capacité des personas à générer des idées utiles pour la conception.

Le Professeur Éric Brangier a conclu sur la présentation de quatre théories pouvant éclairer le fonctionnement des Personas, à savoir: la théorie du jeu, la théorie de l’esprit (capacité de faire des inférences sur des inconnus) qui rejoint d’une certaine façon le processus d’empathie (se mettre à la place de l’autre), et finalement la théorie de la gestion des contraintes qui délimitent l’espace de recherche et permet un recours potentiellement créatif aux analogies. Ces différents éclairages théoriques ne sont pas mutuellement exclusifs et participent probablement tous du potentiel de conception innovante des Personas.

La présentation du Professeur Éric Brangier est disponible pour lecture ou téléchargement via le site de la Chaire de commerce électronique RBC Groupe Financier de HEC Montréal.

30 / 11 / 2009Family-friendly: from Web to mall

family-friendly

A Web of Connections

Shopping center empire the Westfield Group tapped the Los Angeles-based firm Rios Clementi Hale Studios to reinvent the mall experience for families. A comprehensive system of design elements that spans everything from architecture to graphics helps parents navigate the mall’s kid-friendly features and–more importantly–keeps kids happy.

The firm conducted consumer research studies in multiple cities around the country to understand how parents shop, and what could be done to improve the experience of visiting a mall with small kids in tow. The feedback informed the design, selection, and implementation of program elements.

Starting with the mall’s Web site, parents can plan their shopping with kids by following graphic “breadcrumbs” left by the designers. “The goal was to create a program of amenities that would engage both kids and adults, and make the Westfield shopping center their destination for fun, food, education, and shopping, while also making it easier for parents to navigate the mall,” says partner Julie Smith-Clementi.

From Web to mall the designs were all kid-tested, and natural Learning was put forth as Smith-Clementi phrases it: “the themes also promote eco-consciousness and healthy living to everyone who experiences it”. As it is often mentioned as the common expression for ease of use, “Plug-and-Play” caracterizes the approach used to design the kids’ spaces for the 119 shopping centers globally. “Westfield Group needed a modular system that could be easily installed at–and translated across–existing malls. The modular play areas come as a kit-of-parts so each can be adapted to different physical conditions. Walls can be arranged into irregular shapes to fit floorplans, and removable elements like cling graphics were employed.”

Nothing essential for kids and parents was neglected: Throughout the mall, everything is based on a show-me-the-way sign system to support wayfinding, and “signage gives fun facts about the rainforest and points families toward the play area, food court, and bathrooms”. “Kiddie Menus” can be found at all the food court restaurants, and rest or park areas respectively allow for nursing times for moms with both infants and toddlers and for security, extending the mall’s family-tone experience with brightly-colored graphics. Does this sound familiar? Does it remind you of what we call functionality in interface design?

Well, talk about 360 customer experience! I am v-e-r-y impressed…and not surprised that the whole concept derives from user research studies…and I want a mall just like that right here in Montreal! 🙂

Read the FastCompany’s article “Making the Mall more Family-friendly” by Alissa Walker (November 24, 2009)

23 / 06 / 2009NYTimes.com Online Experience case study

WOwww! Mon coup de coeur au Forrester Customer Experience Forum!

Ma conclusion de la conférence en une phrase, est que les meilleurs ‘talks’, que ce soit à Montréal, NYC ou anywhere, sont ceux qui racontent du vécu, avec des éléments simples et concrets dont l’audience peut mesurer l’importance…et tout le reste, en gros, c’est du speech de vente d’entreprises, ou du discours d’experts qui se congratulent sur des panels, et sur cette base d’expertise reconnue et invitée, n’ont plus rien à prouver et ne font que partager leurs opinions respectives souvent totalement injustifiées et non appuyées d’aucunes sources ou données…ça fait cher la conférence pour cette partie là, mais un seul talk comme celui de Martin Nisenholtz vaut le déplacement et tout le reste! 🙂

Ma conclusion de cette étude de cas, n’est pas nouvelle, mais elle renforce toute ma démarche et compréhension de l’ergonomie du web depuis plusieurs années, cette même compréhension du Web qui m’a amené au doctorat en marketing électronique à HEC Montréal…c’est à dire le fait que l’ergonomie d’interface seule ne fait pas le succès d’une expérience en ligne, jamais, c’est la combinaison d’innovations en UX et au niveau du business model qui est fondamentale et cruciale, car l’innovation en UX est au service tactique de l’innovation stratégique au niveau du modèle d’affaires, et les deux se complètent parfaitement lorsque tous les stakeholders de l’organisation entretiennent cette vision des choses…et c’est rare!

Avis aux intéréssés! 🙂

==================
Directly typed from the talk so please forgive the English…

The NY Times Online experience case study by Martin A. Nisenholtz, Senior VP, Digital Operations at the NY Times Company.

Talk Outline: What NYTimes.com did is combining customer experience innovation with business model innovation

Introduction on Web journalism
At first for the positioning of the site the main issue was a brand issue. New name online? New signature online?
At the time, the sister paper site Boston.com had changed their brand and signature online and we observed them going: wrong model
So we decided to take the opposite view at the NYT: a brand elastic approach to reflect the essential ‘timesness’ of the NYTimes brand and maintained the signature online just like the paper version with our special typography B on W.
But the 1st version of NYT online clearly considered Internet as a distribution channel only, at the time online meant another weaker version of the paper but accessible online.

It had the advantage to orient us in a platform agnostic strategy which helped us through the rapid evolutions of the Web.
At the time, it was text driven mainly since most people accessed it via dial-up services with narrowband and limited screen resolution, and so navigation took up the 2/3rd of the screen, and you had the with or w/o graphics options.
If we fast forward 14 years from then, the NYTimes is still with its special typography B. on W. of the paper signature but it has tremendously evolved, meaning freedom of expression as our central piece of value proposition is still there but using richer media benefiting from larger band capacity. For instance, the home page can offer a huge centered article with an interactive graphical map of the world as main access to the data: showing immigration paths to America and all the related stories we are offering on this historical topic.

Times people
For the NYTimes, people are important. Not just our audience.
Times People is an application we have put up which allows to import friends to the site.
It is our tip of the iceberg actually for our strategy since users must authenticate at their various degrees of contributions. We have come to the brutal conclusion and fact truth that anonymous contributions are always the worse (the most racist and so on), so we made authentication a central piece of our site’s content architecture, for we believe it is very important to ensure for quality contributions from experts and people in general.

Storytelling technique as old as humans exist to tell stories in new ways
People telling their stories: Nicholas Yarris: exonerated. Freed, and what happened then convicted for rape wrongly
Obama’s speech in Irak w/ special parts exerted, videos, user reactions/commentaries, how many people responded to the speech in Bagdad, and other locations

On top of UX innovations there is a need Business model innovation
Remember that even if we are a newspaper, when it comes down to business issues: our core business is advertising.
Whether users pay or not ofr how we call it: newspapers online will rely on advertising dependent model for sure.
Examples shown:
The Mac advertising campaign : someone in the top banner speaks to someone in the right column as it is stretched to the right by the person walking and talking…to the guy in the top banner…very successful! People want to click on the sound right away, and even though it is very intrusive, all the fun and wit of the original TV commercial is ther maintained on the Web, so people enjoy it and we make sure it is presented in limited number per month (enjoyment is negatively related to frequency issues).

The idea is that even if we offer a free product, it must work for our advertisers… and we enjoy big brands launches on our home page from that kind of thinking.

Article pages are very important as well. People don’t always land on our home page, they can arrive from search, emails, logs…
Example of the article page car driver inspirations advertisement, with pages which you can flip like an auto brochure, the automotive metaphor of the reader being put in the driving seat, to make the user feel he is in control of his experience. This ad takes up to 2/3 of the right pan column, but it works. Commodified ad locations on web pages have simply killed interest and they must be progressively replaced by innovative new ways of presenting advertisements and attract people’s attention again.

Questions from Forrester’s analysts and the audience
In response to the newspapers crisis and how does NYT feel
At the beginning, the Web was very non commercial
And first advertising was very cautious, and then it became too cluttered
Now advertising is more spaced and clean, special ads using rich media which are very intrusive are now controlled for frequency impressions, but these are the basic same rules good advertising have always used to attract users as advertising has always did. The mistake was to forget them as we started implementing advertising online, as if other rules would apply with the new medium.

Q: Twitter news and newspapers news: what is the relationship?
A:
Twitter is definitely the largest real time news feeder.
We have used RSS for a long time to syndicate our content since our website updated every 10 mn but breaking news is not the value proposition of the NYT, ours is more based on serendipity.
A DNA evidence based news for instance are stories that take months of research.
People would never think they would be interested in the topic before it is offered to them and that form of real life education they like, we surprise them and that’s what they like and expect
That’s an instance expression of a great journalistic institution that will not be replaced by Twitter, we are close partners but they will not replace us

Q: Paid model vs advertising model: NYTimes preference and position?
A:
Whatever we call it, it is an advertising model in a sense
Customers were not ready to pay for the online experience we could offer so far no matter what we needed
I believe we will reach a point where people will be ready to pay for the online experience we will be able to offer

Q: What about the mobile channel?
A:
Mobile is actually anything from iphones to kindle
Mobile offers a better opportunity ofr paid content
For practical aspects:1) no advertising model established yet so it allows for subscriptions for these products because for every year is the year of the mobile advertising for 4 years…

NYTimes Iphone app: most downloaded app in the app store
Only design perspective: to make it very usable, very simple, very useful
The Iphone different from the Kindle which is built for books, it is wonderful for the kind of linearity reading books offer, but it is very hard to shrink the wide newspapers format into that platform screen.

Newspeople: app to share news across the Web with their network friends, will never be the next FB but perfect for our needs and customers seem to use and love that

Audience thought more in psychographics terms: value of education (life long learning), travel, etc…values that support true life long customers value

Most important UX techniques for the NYTimes.com: newsreaders personas based on interviews and usability testing.

Je remercie la Chaire de commerce électronique RBC Groupe Financier pour son soutien financier pour la participation à cette conférence.

220-802 050-SEPROAUTH-02 M70-101 70-458 70-462 100-101 640-554 700-505 70-457 70-460 C2150-197 EX0-001 070-243 70-466 C_THR12_66 C4040-225 1Z0-061 70-331 EX300 1Z0-060 MB2-701 70-467 EX200 M70-301 70-489 C2180-278 MB7-702 MB2-702 70-487 70-243 70-414 70-466 200-120 MB2-703 070-462 70-462 70-461 9L0-012 C_BODI_20 PRINCE2 1Z0-851 70-432 1Y0-253 070-496 100-101 648-244 070-668 C4040-252 650-752 70-642 HP0-Y50 E20-385 500-285 70-410 70-461 70-462 70-483 EX300 070-461 MB2-702 MB7-702 220-802 400-101 646-206 700-501 70-480 C4040-108 MB2-701 70-412 70-466 200-120 C4040-225 1Z0-061 70-347 C4090-452 MB2-703 400-101 70-410 70-417 70-463 70-488 70-462 C2090-303 C2090-614 70-461 70-486 70-411 400-101 646-206 300-206 70-243 74-325 C2020-622 Windows 7 key Windows 8 key Office 2013 microsoft office 2010 cheap Windows 7 key Office 2007 key Office 2010 key Office 2008 key Windows 7 Windows 8 Office 2013 microsoft office 2010 cheap Windows 7 key microsoft Office 2007 key microsoft Office 2010 key windows 7 key windows 8 key Office 2013 key windows 81 key microsoft 2010 key office 2010 office 2007 key buy windows 7 key cheap windows 7 key dowload office 2010 key cheap windows xp key cheap windows 2008 buy microsoft 7 key windows 2011 key windows 2011 adobe photoshop key rolex replica watch swiss replica watches replica watches for men replica watches Rolex replica watches rolex swiss replica watch top rolex replica swiss rolex replica watches cheap replica omega rolex replica watches latest replica omega watches replica omega watches 70-432 1Y0-253 070-496 100-101 648-244 070-668 C4040-252 650-752 70-642 HP0-Y50 E20-385 500-285 70-410 70-461 220-801 220-802 N10-005 SY0-301 000-221 00-780 N0-101 1z0-051 C4090-450 C4120-783 EX200 MB2-700 MB3-700 MB6-869 OG0-093 VCP-510 VCP550 70-486 70-418 400-101 70-410 050-SEPROAUTH-02 200-120 MB2-703 070-462 1Z0-554 1Z0-567 200-001 250-310 250-371 640-878 70-461 70-462 200-120 70-488 MB2-703 70-410 70-461 70-480 70-532 200-120 MB2-703 070-462 70-462 70-461 070-410 JN0-102 70-411 C_TADM51_731 C4090-958 70-483 EX300 070-461 MB2-702 MB7-702 220-802 MB2-703 70-411 MB5-705 C_TADM51_731 70-346 70-486 70-347 70-480 70-483 70-412 70-463 MB2-700 70-417 C_TAW12_731 400-101 MB2-702 70-487 400-101 646-206 700-501 70-480 C4040-108 MB2-701 070-411 100-101 640-554 700-505 70-457 70-460 C2150-197 EX0-001 070-243 70-466 700-501 050-SEPROAUTH-02 M70-101 70-458 CCD-410 70-341 70-464 70-680 74-335 350-018 C_TFIN52_66 70-243 VCP-550 70-414 70-466 100-101 JN0-102 VCP550 640-554 70-331 EX300 1Z0-060 MB2-701 70-467 EX200 350-001 700-505 640-911 M70-301 70-489 400-101 70-410 050-SEPROAUTH-02 200-120 MB2-703 070-462 70-462 70-461 070-410 JN0-102 70-411 CCD-410 70-341 70-464 70-680 74-335 M70-201 117-101 810-420 C2180-276 C4040-221 1Z0-599 350-029 820-421 C_THR12_66 117-102 70-342 MB5-705 C_TADM51_731 70-346 70-486 70-347 70-480 70-483 70-412 70-463 MB2-700 70-417 70-480 C4040-108 MB2-701 070-411 100-101 640-554 700-505 70-457 70-460 C2150-197 EX0-001 070-243 70-466 C_THR12_66 C4040-225 1Z0-061 70-347 C4090-452 VCP-550 070-177